Bâtiments connectés, attention aux cyberattaques !

Publié le 03/02/20 dans Transition numérique du bâtiment


Selon une étude effectuée sur 40 000 bâtiments connectés, 37,8 % des ordinateurs gérant ces immeubles ont été la cible de cyberattaques sur le premier semestre 2019. Même si ces tentatives d’intrusion ont été bloquées, leur impact ne devrait pas être sous-estimé.

Immeuble connecté, la cible de cyberattaques

Plusieurs attaques ont été détectées partout dans le monde, notamment en Europe de l’Ouest, en Chine, en Inde et au Brésil. Près de 25 % de ces attaques proviennent du web. Les lecteurs amovibles et les logiciels de messagerie représentent chacun 10 % des intrusions.

Les immeubles connectés sont surtout vulnérables aux cyberattaques car les capteurs et contrôleurs assurant le fonctionnement des différents systèmes sont généralement centralisés sur une seule machine. Comme un simple PC connecté à Internet, les immeubles peuvent ainsi subir des attaques avec des logiciels espions (11,3 %), des vers informatiques (10,8 %), via l’hameçonnage (7,8 %) ou encore les fichiers pris en otage par un ransomware (4 %).

Logiciels de sécurité et surveillance du réseau, de bons moyens pour anticiper

Pour détecter ces cyberattaques, les administrateurs des immeubles connectés devraient utiliser des logiciels de sécurité. Il est également important de surveiller les échanges sur le réseau informatique, que ce soit entre les machines ou avec Internet.

En effet, si les cyberattaques ne sont pas détectées, leurs impacts peuvent être catastrophiques. Un individu mal intentionné pourrait voler les codes d’accès du bâtiment connecté et en prendre le contrôle. Il pourra alors bloquer l’ouverture des portes ou même empêcher l’alarme à incendie de se déclencher en cas de feu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This